La crise sanitaire liée à la Covid n’est pas encore terminée, mais il est évident que nous sommes entrés dans un nouveau monde, et ce, dans de nombreux domaines. Une chose est certaine : toute notre économie devra innover ou sera en danger. La pandémie a une nouvelle fois démontré l’importance majeure des secteurs de la recherche, du développement et de l’innovation. Les entreprises qui veulent survivre et croître devront accorder plus d’attention à la R&D, réfléchir sur de nouveaux concepts et produits, ou du moins à l’amélioration de ceux déjà en place.

À ce sujet, Climatrix n’a pas attendu les bras croisés. L’entreprise travaille dur depuis plusieurs années pour passer du simple fournisseur à partenaire à part entière dans le processus de construction grâce au support technique d’une part, et à l’amélioration des produits et des processus et au développement de nouvelles méthodes d’autre part. De cette façon, outre le fait d’être fournisseur, Climatrix est devenue une entreprise de recherche qui réfléchit sur de nouveaux concepts pour offrir des solutions en rénovation, pour une énergie plus durable et un habitat plus confortable. Climatrix contribue ainsi à un meilleur environnement et à un confort optimal pour votre habitation.

Partenariat TISM

Climatrix et TISM, l’Institut Technique Saint Michel situé à Bree travaillent main dans la main depuis plus de quinze ans. Cet Institut est fondé sur les directives STEM (Sciences, Technologie, Ingénierie, Mathématiques) comme bases pour ses élèves. Sous l’impulsion de l’ancien directeur Michel Cardinaels, il y a douze ans, une maison de l’énergie a vu le jour. Il s’agit d’une véritable maison située sur le campus où les étudiants ont pu se familiariser avec les techniques de construction les plus récentes. Son successeur Luc Evens poursuit cette tradition sur le nouveau campus avec une deuxième maison de l’énergie dont Climatrix est l’un des partenaires.

Directives des Sciences du Bâtiment

Luc Evens (TISM) : « Dans ce projet didactique et pédagogique, nous rassemblons avec les partenaires et les étudiants toutes sortes de données relatives à l’habitat. Nous faisons des tests sur le chauffage et le refroidissement, la ventilation, l’éclairage, la qualité du son, etc. De cette façon, nous nous préparons aux nouvelles réglementations des Sciences du Bâtiment qui débutera l’année prochaine. Nous voulons enseigner les sciences de la construction de façon solide et scientifique. Nous travaillons sans suppositions ni ressentis, mais sur des faits et des chiffres concrets que nous produisons nous-mêmes, en collaboration avec nos partenaires. »

Matériaux circulaires

« Nous travaillons actuellement avec Climatrix sur plusieurs types de sols et de chapes pour observer leurs influences sur l’inertie de chauffage et de refroidissement du chauffage au sol. L’objectif est d’obtenir la combinaison parfaite en utilisant le moins d’énergie possible pour générer autant de chaleur ou de froid. Et ce, en utilisant autant de matériaux circulaires que possible. Car il s’agit de l’avenir de la construction : la réutilisation de matériaux pour engendrer le moins de perte de valeur possible. »

De fournisseur à innovateur

Kim Vaessen (CEO Climatrix) : « Chez Climatrix, nous cherchons constamment des moyens d’offrir à nos clients et à leurs clients le meilleur chauffage de la manière la plus durable. Aujourd’hui, nous sommes devenus plus qu’un simple fournisseur. Nous sommes un partenaire dynamique qui réfléchit et travaille sur une meilleure entreprise et un monde meilleur. Nous sommes partenaires du TISM depuis des années. Nous investissons dans la construction et le développement de la maison de l’énergie avec une dizaine d’autres entreprises. »

Raccourcir le processus de commutation

De nombreuses d’expérimentation sont menées dans la maison de l’énergie. Geert Cardinaels (Innovation Driver Climatrix) : « Nous faisons des recherches sur les différents types de chapes qui peuvent rendre le chauffage par le sol meilleur et plus durable. Le chauffage au sol est une forme idéale de chauffage durable combiné à des pompes à chaleur. Le problème, c’est qu’avec une chape classique de mélange de sable et de ciment, on rencontre un certain nombre de problèmes. Tout d’abord, son inertie pour passer du chauffage au refroidissement est très longue car cette chape retient la chaleur résiduelle beaucoup trop longtemps. Ce problème est résolu par la mise en place d’une chape liquide qui ne nécessite qu’une épaisseur de trois centimètres et qui refroidit ou se réchauffe donc beaucoup plus rapidement. L’autre problématique réside dans la production de ciment, qui est un polluant majeur de CO2 et ne s’intègre donc plus dans la construction durable. »

Nouveaux types de chape

La solution ? Repenser la chape traditionnelle. Geert Cardinaels : « Nous travaillons donc avec certains partenaires pour développer de nouveaux types de chapes. Des essais sont en cours sur le campus du TISM avec une chape à base de chaux et de sable épuré recyclé (boues) fourni par Bioterra. Nous étudions aussi une autre solution sur une chape réalisée principalement en matières volcaniques. Tous les anciens bâtiments du bassin méditerranéen ont pu traverser les siècles parce qu’ils ont été construits avec des matériaux d’origine volcaniques. Concernant l’isolation, nous nous engageons aussi à 100 % dans une démarche circulaire, pour la réduction du CO2 et les matériaux d’isolation naturels. »

Supprimer le ciment

« La combinaison d’une construction basse et l’utilisation de cette nouvelle chape offre un gain de temps considérable en termes de refroidissement. Les matériaux d’origine volcanique sont super conducteurs, et de ce fait la chaleur résiduelle disparaît rapidement du sol. C’est la même chose pour la transition du froid au chaud. Vous obtenez des résultats beaucoup plus rapidement avec moins d’énergie. Autre avantage : le ciment n’est plus nécessaire dans la liste des matières premières, et ce point est important, car son cours va considérablement augmenter dans les prochaines années à cause de l’augmentation des taxes sur le CO2. Le résultat est donc trois fois positif : c’est plus économique, plus durable et plus confortable. La Haute École Thomas More de Geel l’a également mis à l’essai et les résultats sont plus qu’encourageants. »

Conclusion

Climatrix joue aujourd’hui le rôle d’innovatrice pour elle-même, pour ses clients et pour rendre le monde meilleur. Avec d’autres partenaires, elle croit en un avenir dans lequel tout le monde pourra construire des habitations à des prix acceptables, de manière écologique et en étant neutre en énergie. Et cela profitera à chacun !

 

energiehuis_tism_samenwerking_climatrix
  • energiehuis_tism_samenwerking_climatrix
  • climatrix_stapt_mee_in_de_circulaire_economie

Related products